MediaPort Maison Contacts Aide English Recherche Sommaire/Indexe

Imagina 96
le CyberBang


par Philippe Quéau responsable du programme d'Imagina

Tous les ingrédients d'une révolution radicale sont désormais réunis: la communication instantanée et ubiquitaire d'informations à haute valeur ajoutée, la réplicabilité infinie des images et des sons pour un coût de plus en plus bas, des interfaces de cyber-navigation de plus en plus souples et inventives, alliant la réalité virtuelle, les imageries 3D interactives et les réseaux, des terminaux de plus en plus puissants et "intelligents", à des prix qui continuent de s'effondrer. Cette révolution technique annonce aussi un bouleversement économique et social sans précédent, parce que planétaire et synchrone. Les États-nations habitués à gérer un territoire "réel", n'ont pas encore su s'adapter au cyberespace. La radicalisation du télétravail, la généralisation de cyber-entreprises, délocalisées, virtualisées, vont constituer un choc frontal pour les visions classiques du monde, habituées à la centralité, la territorialité, la matérialité.

Le virtuel devient global et le monde se virtualise. Les électrons se jouent des frontières et les méga-octets se rient des lois. Les cyber-banques se gorgent d'argent électronique et de cyber-cash, des "casinos virtuels" s'ouvrent aux Bahamas, des "loteries virtuelles" sont organisées au Liechtenstein, et des filles de rêve se déshabillent en direct sur Internet en dialoguant avec leurs clients. Les images de synthèse sont devenues si réalistes qu'on ne peut plus les distinguer des images naturelles. Les clones 3D simulent parfaitement notre apparence, et les moteurs de connaissance surfent intelligemment sur les océans du cyberespace.

La réalité "virtuelle" et la réalité "augmentée" font désormais jeu égal avec la réalité "réelle", avec toute une cascade de conséquences éthiques et philosophiques. Notre rapport au "réel" change de nature, puisque le virtuel devient en un sens aussi réel que le réel. Qu'est-ce que la "valeur" des choses dans un monde saisi par le virtuel? Que devient le "travail" à l'heure de son dumping virtuel généralisé? Quid de la déréalisation du lien social? Quid de la régulation par les Etats-Nations? L'enfantement sera douloureux, mais n'oublions pas que c'est la civilisation du 3ème millénaire qui naît sous nos yeux.

Les conférences d'Imagina 96 sont centrées sur six thèmes particulièrement stratégiques et hautement significatifs d'une évolution technologique explosive. Dans le foisonnement des recherches, des applications, des réalisations, nous avons choisi de privilégier les aspects les plus emblématiques du Cyber-Bang, cet extraordinaire révolution technologique mais aussi économique, culturelle et sociale. Nous avons délibérément choisi de traiter de questions évidemment cruciales pour l'avenir, mais surtout représentatives de la nouvelle culture émergente. Il faut aujourd'hui plus que jamais tenter de saisir le Zeitgeist, l'esprit du temps, faute de quoi c'est lui qui nous saisira, par surprise.

Deux sessions plénières, intitulées Aux frontières de la cyber-existence et L'interaction intelligente traiteront spécifiquement des dernières avancées de la recherche dans le domaine de la cyber-existence et des communautés de clones virtuels. La téléprésence, la télévirtualité et autres formes de "cyber-existence" se caractérisent par une dissociation de plus en plus subtile du corps, du regard et de l'action. Où est un télé-chirurgien? Là où est son corps, ou là où il opère? Le clonage et la télé-simulation diluent les frontières des corps réels et virtuels. Réciproquement, le "calcul ubiquitaire" se glisse dans l'intimité de nos corps mêmes pour les innerver, les stimuler et les hybrider avec les réseaux. Ainsi, Alex Pentland nous présentera les travaux du MIT en matière d'ordinateurs-vêtements ("wearable computers") qui deviendront littéralement une seconde peau, susceptible de contrôler tous nos paramètres biologiques et de nous relier en permanence au reste du monde sous forme miniaturisée. Autre exemple, le professeur Antonio Pedotti du centre de bio-ingéniérie de Milan présentera le système CALIES (Computer Aided Locomotion by Implanted Electrical Stimulation) qui vise à rendre aux paraplégiques la faculté de marcher. Il s'agit de simuler les stratégies de contrôle des influx nerveux normalement effectuées par le cerveau et de stimuler directement les muscles paralysés au moyen d'impulsions électriques afin de restaurer la locomotion. Yasayuki Yanagida, de l'Université de Tokyo, abordera le thème de la télé-existence en réseau et de l'utilisation conjointe de la télérobotique et de la télévirtualité.Il s'agit de combiner les possibilités de ces deux manières différentes d'être téléprésent et de les utiliser au mieux de leur génie propre. Laurent Piguet, du centre de recherche Ames de la NASA présentera VEVI (Virtual Environment Vehicle Interface) destiné à piloter des robots dans des missions spatiales. Le colonel Richard Satava, professeur de chirurgie clinique et chargé du programme de technologie biomédicale de l'ARPA du ministère de la défense américain parlera de téléchirurgie en réalité virtuelle et du système de chirurgie téléprésente Green. Il s'agit d'un système de vision tridimensionnelle, avec possibilité de télémanipulation d'instruments chirurgicaux et simulation de retour d'efforts. Le Dr Uwe Kühnapfel du centre de recherche nucléaire de Karlsruhe présentera le projet KISMET permettant la simulation chirurgicale à des fins de préparation et d'entraînement. Ce simulateur, d'une qualité de représentation remarquable, peut visualiser en temps réel les organes internes préalablement saisis par scanners tomographiques. Enfin Joachim Sauter de Art+Com présentera la dernière version du projet T-Vision associant réalité virtuelle et réseaux ATM.

Dans la session L'interaction intelligente, Tom Ray, du laboratoire ATR au Japon, parlera de son projet de simulation de l'évolution naturelle et en particulier de l'explosion de la diversité biologique à l'époque du Cambrien. Ce projet consiste à créer un immense réseau de ressources informatiques distribuées à travers le monde constituant une sorte de "réserve cyber-biologique" où toutes sortes d'êtres numériques, de virus informatiques, toutes formes de vie artificielle seront livrées à elles-mêmes et à la plus féroce des compétitions pour survivre dans les mémoires du cyberespace. Michaël Tolson de Xaos présentera son dernière réalisation de vie artificielle interactive Las Meninas. Eric Budin présentera World Chat, permettant de créer sur Internet des espaces de rencontres ludiques à base de clones virtuels. Ce système est testé par la fondation Spielberg s'oocupant d'enfants malades. Brian Moriarty de Mpath Interactive parlera également de jeux multi-utilisateurs sur Internet, sujet évidemment brûlant d'avenir. Une application de communautés virtuelles sur réseaux sera enfin présentée par Benjamin Heidersberger de Ponton European Media Art Lab.

Deux autres session plénières seront consacrées à des problèmes cruciaux soulevés par la croissance exponentielle d'Internet et du World Wide Web: comment naviguer dans cet océan ? Comment construire une économie du virtuel?

La session intitulée Navigation 3D montrera le dernier cri des techniques de navigation et de manipulation de mondes virtuels sur le méta-réseau qu'est Internet. Les langages VRML (Virtual Reality Modeling Language) et Java seront évidemment à l'ordre du jour. Les applications combinées de VRML, de Apple Quicktime et de QuickDraw 3D seront présentées par Fabio Pettinatti de Apple Computer. Val Watson de la NASA présentera FASTexpedition et RemoteFAST permettant de visualiser sur le World Wide Web, de manière interactive, dynamique et collaborative, des données scientifiques 3D en très haute résolution. Tamara Munzner parlera des logiciels Geoview, Webviz, WebOOGL permettant de visualiser et de manipuler à travers le réseau Internet des formes géométriques complexes. Chris Laurel de Dimension X présentera une application du langage Java de Sun Microsystems. Jim Kent de Silicon Graphics présentera WebSpace intégrant diverses fonctions de feuilletage (browsing) et de furetage tridimensionnel. Enfin Willy Chiu responsable du projet "Bibliothèque numérique" (Digital Library) de IBM présentera ce projet consistant à mettre en ligne une "ville virtuelle" composée de nombreux sites dont notamment une simulation de la Bibliothèque du Vatican avec, à terme, l'intégralité des enluminures des manuscrits accessibles sur le Web.

La session Banques virtuelles et Cyber-casinos abordera la question clé que le développement foudroyant d'Internet pose. Comment créer des instruments financiers, monétaires et bancaires compatibles avec la mondialisation inhérente au réseau et la sécurité nécessaire? L'argent virtuel semble inéluctable et imminent. Les enjeux liés aux transactions économiques et financières sur Internet sont colossaux. Mais si les solutions techniques abondent, la question cruciale reste d'ordre politique: les Etats-nations admettront-ils de se voir déposséder du privilège de battre monnaie, et surtout du contrôle fiscal et social, dans une économie en voie de dématérialisation? Quid des paradis fiscaux virtuels, des cyber-casinos, du blanchiment de l'argent? Pour répondre à ces questions, les meilleurs spécialistes de l'argent virtuel et du cyber-cash comme David Chaum de Digicash seront présents. Philip Zimmermann, le célèbre cyber-anarchiste et infatigable promoteur du logiciel de cryptage Pretty Good Privacy qui donne tant de fil à tordre au FBI et à la CIA sera également présent pour nous faire partager sa conviction que le Réseau doit échapper au contrôle de tous les Cyber Brothers, au risque d'ailleurs d'une remise en cause de la notion de souveraineté nationale des Etats-nations... Lee Stein parlera de First Virtual, la première banque totalement virtuelle. Ed Hogan de MasterCard International et Pete Hill de Visa International présenteront respectivement les stratégies de leurs compagnies à l'ère du tout virtuel. Enfin, Warren Eugene fera une démonstration de la viabilité de Internet Casino, le premier casino virtuel, situé physiquement aux Bahamas mais proposant ses tables de roulette et de Black Jack virtuelles sur le World Wide Web ainsi qu'un certain nombre d'autres services très confidentiels...

Deux sessions feront enfin le point sur l'état de l'art en matière d'animation 3D, de synthèse d'images et d'effets spéciaux. La session intitulée Animation 3D verra la présentation d'une grande première de l'histoire du cinéma mondial: "Toy Story" est le premier long-métrage en synthèse d'images 3D, produit par Walt Disney et réalisé par l'équipe de PIXAR. C'est évidemment un événement. John Lasseter, un grand habitué d'Imagina, plusieurs fois lauréat du Grand Prix Pixel-INA, présentera en personne ce film charnière en compagnie de William Reeves, directeur technique de PIXAR. Mais déjà se multiplient les réalisations et les alternatives en matière d'animation. Daniel Jeannette de ILM parlera de Casper, un autre long métrage faisant appel de manière extensive et convaincante à l'animation 3D. Steve Glenn présentera les derniers mondes virtuels en haute définition réalisés pour le projet Aladdin de Walt Disney. Le temps réel permet de se lancer dans des séries fleuves. Médialab nous présentera ses derniers travaux en la matière. La qualité hyper-réaliste permet aux spectateurs une immersion virtuelle dans la narration. Et voilà même que des artistes comme Michel Jaffrenou nous emmènent dans leurs visions et leurs rêves animés, avec le superbe Pierre et le Loup, produit par CAPA Production et réalisé par Sparx pour les images infographiques.

Enfin, la dernière session plénière, intitulée Spectacles Spéciaux, conclura en beauté Imagina 96. Comme à l'accoutumé, les meilleures réalisations de l'année faisant appel à des effets spéciaux de haut de gamme, seront décortiquées pour les professionnels de la réalisation et de la production audio-visuelle. Jerzy Kular et Philippe Billion présenteront les dernières réalisations de Ex Machina Krakken et Period. Richard Edlund, de Boss Film Studio, présentera Species, Linz Kipinsky parlera de Babe, un très remarquable, inclassable et hilarant long-métrage combinant les célèbres marionnettes de Jim Henson et les animations de synthèse hyper-réalistes de Rythm and Hues, Jeff Kleiser présentera les époustouflantes scènes 3D de Judge Dredd, Rober Legato, de Digital Domain, analysera le travail subtil et spectaculaire réalisé pour Apollo 13, Annie Dautane de Medialab montrera les ruses synthétiques et morphiques des Anges gardiens. Enfin une présentation du méconnu mais ahurissant Gadget Trips de Haruhiko Shono sera effectuée.

Parallèlement aux sessions plénières, trois "Rencontres" traiteront du problème de la propriété intellectuelle et artistique à l'heure des réseaux, du problème de la fracture Nord-Sud dans le contexte du développement d'Internet et enfin de la question de l'hybridation des réseaux artistiques réels et virtuels.

Inforoutes et propriété intellectuelle

Les problèmes du droit de la propriété intellectuelle sont au coeur du développement des inforoutes. Comment assurer l'équilibre entre le droit des auteurs et le droit des utilisateurs, notamment dans le contexte éducatif (doctrine du "fair use")? Comment harmoniser le droit du "copyright" et le droit moral? Comment garantir le respect de la vie privée et de l'anonymat lors de la consultation des oeuvres et lors de transactions en ligne? Comment assurer une juste rétribution des ayants-droit et le suivi des oeuvres sur un réseau dématérialisé?

Internet Nord-Sud

Internet est un formidable outil de développement culturel et scientifique. Du fait de son faible coût de fonctionnement mais surtout grâce à ses groupes de discussion, ses archives publiques fournissant gratuitement en ligne des textes de référence, des programmes utilitaires, des images, des sons, Internet favorise la coopétration intellectuelle et scientifique entre les pays du Nord et du Sud, et permet aux pays du Sud de constituer des réseaux d'échange spécifiques. Le problème, c'est que seuls quelques milliers d'Africains ont accès à Internet. Que faire en priorité pour orienter l'aide internationale vers le développement d'Internet au Sud?

Arts en réseaux:

A l'heure du temps réel et de la dématérialisation, les inforoutes permettent d'envisager des politiques audacieuses de valorisation du patrimoine artistique, de protection de la diversité culturelle et de promotion du multilinguisme. Par ailleurs, le développement de la création multimédia passera de plus en plus par une diffusion appropriée sur des réseaux comme Internet. En effet loin de n'être que des "tuyaux", ces réseaux constituent de véritables "lieux" virtuels pour l'art, la culture et la création, et ce d'autant plus qu'ils seront hybridés aux lieux réels qui se mettent en place dans le monde.

Enfin plusieurs tables rondes seront consacrées aux applications architecturales, médicales, industrielles et cinématographiques des techniques du virtuel et du numérique.


MediaPort Maison Contacts Aide English Recherche Sommaire/Indexe



[Institut National de l'Audiovisuel]
Envoyez nous vos commentaires et questions :
Aspect contenu => <Imagina@imagina.ina.fr> / Aspect technique => <webmaster@ina.fr>
[Recherche en texte integral.] / [Sites et Contact.]
Copyright © 1995-97 INA
Page modifiée le: 12/12/97